La rivière Péribonka

peribonkam

Fréquentée depuis des millénaires par les autochtones, la rivière Péribonka « rivière qui creuse dans le sable » en langue montagnaise, coule sur 547 kilomètres depuis sa source dans les monts Otish jusqu’à son embouchure dans le lac St-Jean. Maintes fois exploitée par l’industrie au cours du XXe siècle, elle a été harnachée à quatre reprises et ses rives ont subi des coupes à blanc sur une partie de son parcours. Elle a, de plus, enduré les affres du flottage du bois jusqu’en 1996 ce qui l’a empêchée de se développer au niveau touristique au même rythme que d’autres grandes rivières exceptionnelles du territoire québécois. Malgré les nombreux avatars subis, il demeure un segment à peu près intact sur 80 kilomètres de long entre l’embouchure du lac Tchitogama et l’embouchure de la rivière Manouane. Ce segment se caractérise par de hautes falaises s’élevant jusqu’à 600 mètres donnant à la vallée l’apparence d’un fjord majestueux.

Le territoire de la rivière Péribonka abrite une biodiversité d’une grande richesse, des écosystèmes forestiers exceptionnels, des espèces à la limite de leur aire de distribution naturelle et des espèces rares. C’est ainsi que l’on y retrouve les spécimens de bouleaux jaunes les plus nordiques du Québec et, parmi eux, le plus gros bouleau jaune répertorié dans l’Est de l’Amérique du Nord dont l’âge vénérable est estimé à plus de 350 ans. Sur la rive Est sur une longueur de 25 kilomètres, se trouve une forêt de pin blanc parmi les plus nordiques au Québec. Les forêts de la rivière Péribonka abritent aussi deux espèces fauniques déclarées vulnérables, le caribou forestier et le pygargue à tête blanche. Elles recèlent aussi plusieurs espèces d’oiseaux terrestres et de poissons désignés prioritaires pour la conservation.

En 2010, face à la menace de coupes forestières dévastatrices, des citoyens et des citoyennes de la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean créent le Comité de Sauvegarde de la Rivière Péribonka (CSRP). Le comité réussit à rassembler un nombre impressionnant d’appuis régionaux et nationaux. 5,260 personnes ont signé une pétition en faveur de la préservation du couloir visuel de la rivière. Dans le cadre des démarches régionales d’atteinte des cibles de 12% d’aires protégées, le CSRP a soumis un projet d’aire protégée pour la sauvegarde de la rivière Péribonka. (Voir encadré plus bas.) Or, le projet a été écarté du processus de consultations par les autorités régionales en dépit de l’importance des valeurs que recèle la rivière et en dépit de sa situation dans une zone de forte carence en aires protégées.. Puis, en 2014, sous les pressions économiques exercées par l’industrie forestière, toutes les démarches d’aires protégées dans la région ont été suspendues. Aujourd’hui, Boréalisation souhaite redonner à la rivière Péribonka l’attention qu’elle mérite. Elle n’a pas été oubliée. Le projet de sauvegarde de la rivière Péribonka est toujours vivant.